L’Actu

___________________________________________

6/02/2018

Le Trophée Andros de plus en plus électrique

 

Si les années se suivent et se ressemblent pour le Trophée Andros dont l’édition 2018 vient d’être remportée par le champion en titre Jean-Baptiste Dubourg, le célèbre championnat de courses sur glace a fait un pas supplémentaire vers le tout électrique.

JB Dubourg Renault Captur Vainqueur Andros 2018.jpgLe Renault Captur de Jean-Baptiste Dubourg, le vainqueur des trois dernières éditions du Trophée Andros.

Samedi 3 février, sur le circuit auvergnat de Super-Besse, Jean-Baptiste Dubourg (Renault Captur) a conclu le Trophée Andros 2018 en étant titré pour la troisième année consécutive. Depuis 2016, le pilote de rallycross bordelais domine la catégorie et n’a laissé aucune chance à ses adversaires en s’imposant avant la fin de saison.

 

Andros Sport 01.jpgL’Andros Sport 01, prototype électrique de 340 chevaux équipé de 4 roues motrices directrices, l’avenir du Trophée Andros.

Cette 29e édition de l’Andros a été marquée par les premiers tours de roues prometteurs d’un prototype qui devrait être l’avenir des courses sur glace : l’Andros Sport 01, véhicule électrique de 340 chevaux, avec 4 roues motrices et directrices.

Fin janvier, à Lans-en-Vercors, lors de l’avant-dernière manche du Trophée, Nicolas Prost l’a étrenné pour son baptême de piste. Début février, à Super-Besse, pour la dernière course de la saison, Franck Lagorce a signé le 4e temps des essais au milieu des véhicules thermiques. Lagorce est le pilote en charge du développement de cette voiture fabriquée à Magny-Cours par la société Exagon Engineering.

L’Andros Sport 01 pourra participer à la prochaine saison. L’objectif des organisateurs du Trophée Andros est de basculer dans le tout électrique en 2020. Ils sont pionniers dans ce domaine et ont organisé la première course de véhicules électriques dès 2009. Depuis 2010, une catégorie spécifique, le Trophée Andros électrique, formule monotype réservée à des sprint cars de 122 chevaux 2 roues motrices (les Andros Car), occupe une place de plus en plus importante. Aurélien Panis, le fils d’Olivier Panis, vient de remporter l’édition 2018 de cette catégorie dans laquelle se sont également illustrés Nicolas, le fils d’Alain Prost, Vincent, le neveu de Jean-Pierre Beltoise, et Adrien, le fils de Patrick Tambay.

Pas de doute, l’Andros électrique est une catégorie branchée…

(Trophée Andros – crédit photos : B.Bade)

___________________________________________

6/02/2018

Tous à Rétromobile !

AFFICHE_HD

Cette semaine (7-11 février), à Paris-Porte de Versailles, se tient Rétromobile, le grand rendez-vous des amateurs de voitures anciennes. Panorama des temps forts de cette 43e édition.

Chiffres : 120 000 visiteurs attendus, 550 exposants, 500 voitures présentées, 78 voitures de collection (Bugatti, Citroën, Porsche, Delahaye, Alfa Romeo…) mises en vente au cours des fameuses ventes aux enchères d’Artcurial (l’an dernier, les collectionneurs y ont dépensé près de 32 millions d’euros).

wimille-au-volant-Alfa_copyright-Christian-HUET

Expositions : parmi les nombreuses expos proposées pendant le salon, nous avons retenu celle consacrée à Jean-Pierre Wimille, un des plus grands pilotes des années 30, ancien résistant, décédé à 40 ans en 1949 au volant d’une Gordini en Argentine. A voir également l’expo Abarth : vingt modèles (dont la fameuse Fiat 131 Abarth) issus de la collection de l’ancien pilote suisse Engelbert Möll. Mais il y a beaucoup d’autres sur les thèmes les plus variés (la DS, les 120 ans de Renault et les 70 ans de Honda, les chars Renault…).

Abarth Copyright Remi-Dargegen

Lieu et horaires : Halls 1-2-3 du Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, de mercredi à dimanche, de 10h à 19h (nocturnes jusqu’à 22h mercredi et vendredi)

Entrée : 20 € (18 € en prévente sur internet www.retromobile.fr)

___________________________________________

27/06/2016

Le Festival of speed de Goodwood

bugatti-chiron-at-goodwood-festival-of-speed-2016
La Bugatti Chiron à quelques secondes du départ. (Photo : http://ca.motor1.com/)

Comme chaque année, le Festival of Speed de Goodwood a réservé du grand spectacle aux 55 000 spectateurs présents pour ces trois jours de festivités organisés sur le domaine de Lord March.

Supercars et véhicules de compétition se sont notamment succédé sur le célèbre Hill Climb de 1.866 km, où Lord March a notamment pris place à bord de la nouvelle Bugatti Chiron pour un tour de démonstration aux côtés du Britannique Andy Wallace, pilote officiel Bugatti depuis 2011.

« La Bugatti Chiron procure des sensations exceptionnelles et inégalables, une performance incroyable qui reste maîtrisable », a commenté l’hôte de la manifestation. « Tous vos sens sont en éveil ».

D’autres se sont littéralement lancés dans la chasse au chrono avec plus ou moins de bonheur, Olly Clark et sa Subaru « Gobstopper II » de 780 ch réalisant pour la deuxième année consécutive le meilleur temps du week-end en 46 secondes et 297 millièmes, tandis que Justin Law faisait malgré lui le spectacle en voyant une roue de sa Jaguar XJR12 Group C jouer les « filles de l’air ».

Enfin comme à l’accoutumée, donuts et figures de style ont figuré en bonne place au programme de ce week-end haut en couleurs, grâce en particulier aux évolutions des spécialistes du genre, Terry Grant, Ken Block, ou encore Vaughn Gittin Jr.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le thème de cette édition 2016, « Pied au plancher – La course infinie à la puissance », a été parfaitement respecté.

(Source : http://www.motorlegend.com/)

___________________________________________

24/06/2016

70 véhicules anciens retrouvés dans une grange en Bretagne

Une grange poussiéreuse, une collection oubliée, une vente aux enchères annoncée : ce n’est pas la collection Baillon, mais l’histoire se répète à Cléguérec, en Bretagne.

C’est dans la commune de Cléguérec, située dans le département du Morbihan, qu’une collection de véhicules anciens a été découverte par Me Ruellan. Une petite trouvaille qui réunit une trentaine d’automobiles, des motos, solex, vespa, des mini-comtesses, des voitures à pédales… Bref, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses.

 

Des voitures accessibles… à restaurer

Cette collection réunit essentiellement des automobiles populaires, françaises et anglaises, « dans leur jus » : Peugeot 201, 202, 203, cabriolet 204 et 404, Mg Midget, Triumph TR3, TR4, Citroën 2 CV, C2, 11 BL, Simca 5, Simca Ariane, Honda S 800, Honda N600, Jeep Hotchkiss, Renault 4 CV…

« Rien d’exceptionnel mais des pièces qui peuvent être de très bonnes bases de restauration« , a expliqué le commissaire-priseur à nos confrères du Télégrame.

 

 

 

 

Les estimations oscillent entre quelques centaines et quelques milliers d’euros. On est bien loin des records atteints lors de certaines ventes aux enchères, dont la vente Artcurial du début d’année. Mais cette collection constituée par un amateur devrait tout de même susciter l’intérêt des collectionneurs et amateurs de voitures anciennes.

La vente aux enchères bretonne a été un succès puisque tous les lots ont été vendus. Le montant total de la vente a été de 288 840 euros. Parmi les véhicules vendus, les 10 plus chers ont été :

Description du lot Adjudication
AUSTIN HEALEY 3000 MKIII BJ8 45 000 €
BUICK 46 C CONVERTIBLE 31 000 €
HARLEY DAVIDSON VERSION MILITAIRE 17 500 €
TRIUMPH TR3 14 000 €
CITROEN C3 TORPEDO 12 900 €
PEUGEOT 404 CABRIOLET 12 800 €
HONDA S800 COUPE 11 200 €
MATHIS 11 200 €
JEEP HOTCHKISS 7 900 €
MG MIDGET 7 800 €

Pour l’anecdote, les lots les moins chers (deux vélos) ont trouvé preneurs à 5 euros seulement.

(Source : http://www.largus.fr/)

________________________________

24/06/2016

Spa Summer Classic 2016

SPAPHOTO

C’est une évidence, les courses de voitures anciennes attirent de plus en plus de monde.

Le Spa Summer Classic, deuxième rendez-vous de la saison consacré au passé glorieux du sport automobile, se déroulera ce weekend des 25 et 26 juin. Ce meeting, toujours remarquablement organisé, présente cette année une grande nouveauté : les “Spa 3 Hours” dont le départ sera donné samedi à 18h55. Au départ de cette course d’endurance sont attendues des voitures datant de 1947 à 1976! Des voitures de Tourisme (TC), de Grand Tourisme (GTS), de Grand Tourisme Prototype (GTP) mais aussi des voitures de course biplaces, ouvertes ou fermées (TSRC).

Pas moins de 22 départs sont prévus durant le weekend. Une multitude de courses, sprint et endurance, pour « historic and classic cars » qui se succéderont tout au long des deux jours. Avec entre autres le championnat belge Belgian Historic Cup et les championnats néerlandais pour voitures de tourisme et GT historiques. Les anglaises du Classic Sports Car Club, des monoplaces avec le Monoposto & F3 Cup, des Lotus Super 7 en provenance de la péninsule ibérique, mais aussi un challenge multimarque regroupant les meilleures séries françaises et enfin le Porsche Club Historic Challenge… bref des Formules, des voitures de Sport biplace, des voitures de Tourisme et Grand Tourisme des années 50 jusqu’aux années 80. Pour le plus grand plaisir des yeux… et des oreilles.

Alors si vous désirez prendre une machine à remonter le temps, c’est ce week-end à Spa-Francorchamps et nulle part ailleurs ! Et cette machine diabolique ne vous coûtera pas cher puisque l’entrée est gratuite, tribunes et paddocks compris.

(Source : http://spa-francorchamps.be/spa-summer-classic)

________________________________

24/06/2016

Résumé des 24h du Mans édition 2016

MOTORSPORT : 24 HEURES DU MANS - LE MANS (FRA) 12-19/06/2016
ARRIVEE #2 PORSCHE TEAM (DEU) PORSCHE 919 HYBRID Romain DUMAS (FRA) Neel JANI (CHE) Marc LIEB (DEU)

Alors que Toyota allait gagner les 24H du Mans 2016, la n°5 a ralenti à 15h55 en panne à 5 minutes de l’arrivée, laissant la victoire à la Porsche n°2. Consultez les dernières infos sur les 24H 2016, les classements et résultats.

[Article mis à jour le dimanche 19 juin à 19h15] RESULTATS 24H DU MANS : Toyota a perdu les 24H du Mans à cinq minutes près. Kazuki Nakajima (Toyota n°5) avait course gagnée à 5 minutes de l’arrivée mais la TS050 a lâché en raison d’une perte de puissance avant de s’arrêter sur la ligne droite des stands. Porsche, alors deuxième à une minute, profite de la panne. Neel Jani, au volant de la n°2, est passé en tête à l’aube du dernier tour, quand 300 tours avaient été faits ! L’autre Toyota était 3e mais Kamui Kobayashi (Toyota n°6) va finalement finir 2e, la Toyota n°5, décidément maudite, étant finalement déclassée. Dans les autres catégories, Alpine s’impose en LMP2, Ford glane la catégorie LM GTE Pro et Ferrari a dominé les LM GTE Am.

Porsche remporte donc une édition 2016 historique des 24 Heures du Mans 2016. Alors que Toyota fonçait vers sa première victoire après une lutte incroyable avec la Porsche n°2, Kazuki Nakajima a ralenti à 5 minutes de l’arrivée et à moins de deux tours à parcourir. Le Japonais a vite annoncé une perte de puissance et ne pouvait dépasser les 200km/h. La Porsche n°2, deuxième à 1 minute et 30 secondes, a fondu sur lui et l’a dépassé à l’aube du dernier tour pour remporter les 24H du Mans avec une arrivée que même les auteurs de Michel Vaillant n’auraient pu imaginer. (REVIVEZ LA COURSE ET L’ARRIVEE DES 24H DU MANS ICI). Porsche s’impose devant la Toyota n°5 (qui pourrait être déclassée) et la Toyota n°6, troisième. Romain Dumas, Marc Lieb et Neel Jani sont les pilotes de la Porsche n°2 vainqueur surprise au bout de cette fin de course totalement folle.

En LMP2 c’est Alpine qui s’impose avec la n°36 alors que Ford signe son retour avec une victoire dans la catégorie LM GTE PRO. Ferrari s’impose en GTE AM. Mais on se souviendra longtemps de cette arrivée folle qui voit Porsche conserver son titre et remporter un 18e succès aux 24H du Mans et Toyota passer une nouvelle fois à côté d’une première victoire aux 24H du Mans.

(Source : http://www.linternaute.com)