Volvo

On croyait Volvo mort et enterré. Il n’en est rien. Lâché par Ford, récupéré par un groupe chinois, le constructeur suédois ne s’est jamais aussi bien porté. Depuis six ans, il bat tous ses records de ventes en France et dans le monde. Ça roule, comme on dit chez Volvo !

● Ça roule. En 1927 à Göteborg chez SKF, leader mondial des roulements à billes, on trouvait que les automobiles des années 20 n’étaient pas assez résistantes pour affronter les routes suédoises. On décida donc d’en fabriquer soi-même. Le département automobile de SKF nouvellement créé fut baptisé Volvo, qui en latin signifie « Je roule », et commença à produire une décapotable avec un châssis en bois recouvert de tôle. C’étaient les débuts de l’histoire automobile suédoise.

● Succès. Surnommée la « Petite Volvo », la PV444 fut le premier modèle de la marque fabriqué en grande série. Présentée en septembre 1944 alors que l’Europe était toujours en guerre, elle conquit immédiatement 2300 automobilistes suédois qui passèrent commande. En raison de la pénurie d’après-guerre, il fallut trois ans pour livrer les premiers exemplaires. En 1955, la PV444 fut le premier modèle exporté aux Etats-Unis. Son succès fit de Volvo le second importateur automobile sur le marché américain.

● Mars. Depuis les années 1930 Volvo est identifié par un logo qui a peu évolué au fil de son histoire : son nom dans un cercle avec une flèche pointée en direction du nord-est. C’est à la fois le symbole astronomique de la planète Mars et celui du fer, qui fait référence aux origines de la maison-mère SKF dans la sidérurgie.

● Ceinture. Les trois valeurs fondamentales de Volvo sont Sécurité, Qualité et Environnement. Au fil des années, le constructeur suédois n’a eu de cesse d’améliorer ses véhicules. Ainsi ont été inventés dans les ateliers de Göteborg la ceinture de sécurité en 1959, le siège bébé dos à la route en 1972, la sonde lambda anti-pollution, l’appuie-tête anti-coup du lapin, l’airbag latéral et le système de détection des piétons… Afin que tous les automobilistes puissent en profiter, le brevet de la ceinture trois points fut laissé libre d’accès et les autres constructeurs en équipèrent leurs véhicules. Ainsi il y a un peu de Volvo dans chaque voiture en circulation dans le monde !

● Break. Symbole du mode de vie à la scandinave, le premier break est apparu en 1953. Le Volvo Duett alliait le confort d’une berline familiale et l’utilité d’une camionnette de livraison. Ce véhicule a occupé une place tellement importante dans le quotidien des Suédois qu’en 1997 la Poste d’Oslo a édité un timbre à son effigie. En un demi-siècle, la marque a produit six millions de breaks, soit un tiers de ses ventes à travers le monde. En 1994, Volvo marqua les esprits en engageant un break 850 dans le BTCC, championnat britannique des voitures de tourisme. C’était la première fois (et la seule) qu’un break était aligné en compétition.

● Le Saint. Vous vous souvenez de l’énigmatique Simon Templar, surnommé le Saint, héros d’une série télé des années 60 ? Il était interprété par Roger Moore au tout début de sa carrière. Le Saint pilotait un superbe coupé 2 places à l’italienne de couleur blanche immatriculé ST I. C’était une Volvo P1800, modèle lancé en 1959 et très éloigné des breaks qui ont fait la notoriété de la marque. En 2013, un retraité américain a établi un record difficile à battre. Il a été le premier automobiliste à parcourir 5 millions de km au volant d’un même véhicule, la P1800 qu’il avait acquise en 1966.

● Exploit. Au Safari Rallye du Kenya en 1965, une Volvo PV544 réalisa un exploit qui fit entrer Volvo dans l’histoire du sport automobile. Un pilote local, le Kenyan Joginder Singh loua une auto à l’importateur pour disputer le plus grand et le plus dur des rallyes africains. Contre toute attente, Singh s’imposa à Nairobi après cinq jours d’une course difficile au nez et à la barbe des pilotes d’usine. Beaux joueurs, les dirigeants de Volvo lui offrirent la voiture victorieuse.

● Mécanique française. Dans les années 70-80, les fameux breaks suédois avec leurs gros pare-chocs étaient propulsés par un moteur six cylindres en V fabriqué dans le Pas-de-Calais, par la Française de Mécanique à Douvrin. Le bloc V6 PRV (Peugeot-Renault-Volvo) était né en 1971 d’une coopération industrielle entre trois constructeurs. Produit à un million d’exemplaires pendant vingt ans, il équipa des berlines haut-de-gamme comme les Volvo 260 et 760, les Peugeot 504 et 604, les Renault 30 et Safrane, ou la Citroën XM.

● Brique volante. 1985 fut une grande année de sport auto pour la Volvo 240 Turbo dont la version compétition développait 300 CV avec une vitesse de pointe de 260 km/h. Cette année-là, « The Flying Brick » remporta le Championnat d’Europe des Voitures de Tourisme et le DTM allemand, ainsi que les championnats finlandais, portugais et néo-zélandais. Malgré son aspect pataud, la 240 Turbo brilla également en rallyes en Ecosse et en Scandinavie, où une génération de jeunes rallymen se fit la main au sein de la Volvo Euro Cup.

● Gamme. Dans les années 1960, avec la série 140, Volvo inaugura la numérotation à trois chiffres pour ses modèles. Le premier chiffre désignait la série, le second le nombre de cylindres et le troisième le nombre de portes, ainsi la 145 est un break 4 cylindres de la série 1. Ce système a été partiellement abandonné. Dans la gamme actuelle, les modèles S (S60, S90) désignent les berlines, les V (V40, V60 et V90) des breaks et les XC (XC40, XC60, XC90) des SUV.

● Mondialisation. En 1999, l’heure est à la mondialisation et le groupe Volvo (camions, bateaux) vend Volvo Cars, sa branche automobile à Ford. Comme Jaguar, Aston-Martin et Land Rover, Volvo intègre le premier groupe automobile mondial. Onze ans plus tard, en pleine crise économique, Ford cède Volvo à Geely, le n°1 des constructeurs chinois également propriétaire de Proton et Lotus. Ce changement de maison-mère donne de nouvelles ambitions à la marque suédoise, qui vend désormais 700 000 véhicules/an dans 110 pays. Un record pour Volvo qui fêtera son centenaire en 2027.

● Ventes record. En 2019 Volvo Car France a franchi la barre des 20 000 immatriculations, en hausse de plus de 18 %, meilleure performance depuis l’arrivée de la marque en 1953. Sur le marché français, Volvo progresse pour la sixième année consécutive, porté par le succès de ses SUV. Les modèles XC40, nouveau bestseller de la marque en France, et XC60 représentent à eux seuls les deux tiers des immatriculations.