Mazda

Loin derrière les géants Toyota, Nissan et Honda, Mazda fait figure de poids plume dans l’industrie automobile japonaise. L’entreprise, qui célèbre son centenaire en 2020, a produit ses premières voitures à partir des années 60 en suivant une voie singulière, celle du moteur rotatif qui l’a menée à la victoire aux 24 Heures du Mans.

● Inventeur. Dernier d’une famille de douze enfants, Jujiro Matsuda, né en 1875, a commencé à travailler à 13 ans chez un forgeron. Passionné de mécanique, ce gamin pauvre se révéla être un inventeur autodidacte. Il conçut une pompe à eau qu’il breveta et qui fit sa fortune. De cette histoire est issue la philosophie du constructeur : toujours innover pour triompher des obstacles.

● Triporteur. Avec l’argent récolté, dans les années 20, Matsuda racheta une entreprise spécialisée dans les panneaux et bouchons de liège. Après la destruction de son usine par un incendie, il décida de revenir à sa première passion et se lança dans la production de tricycles à moteur, des utilitaires à trois roues équipés d’un moteur monocylindre, destinés au marché local et distribués par Mitsubishi. En 1934, Matsuda donna le nom de Mazda, dieu perse de la lumière, à ses triporteurs.

● Hiroshima. Le 6 août 1945, jour du 70e anniversaire de Matsuda, la première bombe atomique est lâchée sur Hiroshima. L’usine Mazda, principal employeur de la ville, qui fabrique des fusils pour l’armée japonaise, est soufflée par l’explosion. Matsuda échappe à la mort, mais pas ses employés. Tout est à reconstruire. Matsuda mourra en 1954 sans avoir connu les premières automobiles Mazda.

● Zoom Zoom. A l’origine, le logo Mazda avait la forme d’un cercle représentant la terre et entourant le symbole chinois I signifiant Industrie. Depuis 1998, un M stylisé a remplacé le I et occupe le centre du cercle. Pendant quinze ans, le slogan publicitaire de la marque fut le surprenant Zoom Zoom. Il y a cinq ans, devant la perplexité de nombreux clients américains, la formule fut remplacée par le plus classique Driving matters (c’est la conduite qui compte).

● Microcar. La première automobile Mazda, la R360 Coupé, est apparue en 1960. Il s’agissait d’une microcar, une kei car, ces mini citadines de taille réduite en vogue au Japon. Trois ans plus tard, elle fut suivie du Familia Van, une camionnette familiale. Rapidement, la marque se tourna vers ce qui allait faire d’elle l’Alfa Romeo nippon, les coupés sportifs.

● Rotatif. Plus petit des constructeurs automobiles japonais, Mazda a toujours été obligé de se distinguer pour survivre. Dans les années 60, la marque fait le choix du moteur rotatif. 1967 marque les débuts de cette motorisation originale montée sur le coupé Cosmo Sport, dont la ligne est inspirée des Alfa Romeo. En 1971, le moteur rotatif équipe la Mazda Savanna, sorte de Mustang à la japonaise. Véritable bête de course, la Savanna remporta 100 victoires sur circuit en moins de cinq ans.

● Le Mans. Persuadé de la supériorité de ses moteurs, Mazda s’investit dans le sport auto à partir des années 70. Il participe treize fois aux 24 Heures du Mans et réussit à s’y imposer en 1991. La victoire de la Mazda 787B fut la première d’une voiture japonaise dans la Sarthe. De 2001 à 2017, le constructeur japonais fut le sponsor du circuit automobile de Laguna Seca en Californie. Pendant cette période, la piste fut rebaptisée Mazda Raceway Laguna Seca.

● MX5. En Europe, le modèle le plus populaire de Mazda est sans conteste la MX5 (baptisée Miata aux USA et Eunos au Japon). Apparu en 1989, ce roadster en est à sa quatrième génération. Avec un million d’exemplaires, ce petit cabriolet décapotable dans la lignée des Triumph Spitfire et Alfa Romeo Spider est le roadster le plus vendu au monde. En 2015, Mazda et Alfa Romeo ont entamé un partenariat qui a donné naissance à la Fiat 124 Spider Abart.

● Piles. Mazda n’a rien à voir avec les piles Mazda. Cette marque homonyme créée par General Electric en 1909 puis rachetée par Thomson fut pendant un demi-siècle le leader des piles électriques et des lampes torches sur le marché français. Seul point commun entre les deux entreprises, elles tirent leur nom d’Ahura Mazda, divinité perse symbolisant la lumière.

● Indépendant. Fier de son indépendance qui l’a obligé à se renouveler et à faire preuve d’inventivité, Mazda fut un temps lié à Ford. Aujourd’hui Toyota est actionnaire de la marque à hauteur de 5%. Toujours basé à Hiroshima, Mazda produit 1,6 M véhicules/an.