Marché auto au 1er semestre 2019

Baisse des ventes et marché stable, c’est paradoxal mais c’est la réalité.
Même si les ventes de véhicules neufs sont en baisse au mois de juin, le marché automobile français est stable au premier semestre avec un léger repli de 1,8% par rapport à l’an dernier. Les résultats exceptionnels enregistrés en juin 2018 sont à l’origine de la tendance négative de ces dernières semaines. Il y a un an, à la même période, les constructeurs avaient multiplié les promotions pour écouler un maximum de véhicules en stock avant l’application des nouvelles normes anti-pollution. Cette frénésie a gonflé artificiellement les résultats de façon temporaire. Depuis le marché a retrouvé son niveau normal.

En juin 2019, 230 964 véhicules neufs ont été immatriculés, soit 8,4% de moins que l’an dernier à la même période. Les résultats mensuels collectés par le CCFA (Comité des Constructeurs Français Automobiles) indiquent que le repli des groupes français a toutefois été plus important que la moyenne avec une baisse de 11,3% sur un mois.

Sur les six premiers mois de l’année, PSA (+1,3%) s’en sort mieux que le groupe Renault (-4,7%). Mitsubishi (+83%), Volvo (+14%), Daimler-Mercedes (+8%), VW (+4,8%) et Toyota (+4,6%) connaissent un bon début d’année. A l’opposé, Nissan (-36,8%) poursuit sa dégringolade sur le marché français, de même que FCA-Fiat (-15%) et Ford (-9,1%). Tendance également négative pour le groupe BMW en baisse de 7,4% par rapport au premier semestre 2018.

En matière de parts de marché, PSA renforce sa position dominante à 33,02% (+1,3%) quelques mois avant la mise en circulation de la nouvelle Peugeot 208. Il est encore trop tôt pour que le groupe Renault (25,67% PDM) bénéficie du lancement récent de la nouvelle Clio. Sur la troisième marche du podium, VW (avec Audi, Seat et Skoda) représente 12,4% de PDM. Toyota en hausse est 4e à 4,69% devant FCA (4,15%) en baisse. Au premier semestre, Hyundai-Kia (3,67%) est passé devant Ford (3,66%) sur le marché français.