Gauche ou droite ?

Un tiers de la population mondiale roule à gauche, essentiellement dans les pays du Commonwealth (en bleu sur la carte). Pour quelles raisons ? Pourquoi roulons-nous à droite ? Un peu d’histoire pour comprendre le sens de la circulation.

 

Le saviez-vous ? C’est grâce à Napoléon et aux conquêtes de la Grande Armée au début du XIXe siècle que la plupart des Européens circulent sur le côté droit de la route. L’administration impériale était chargée d’appliquer la loi française sur l’ensemble des territoires conquis. Les règles de circulation, tout comme le système métrique, font partie de l’héritage de la Révolution française imposé à une partie de l’Europe au fil des victoires napoléoniennes.

Avant cela, le sens de la circulation différait d’un pays ou d’une région à l’autre, en fonction des traditions et des usages. En l’an 1300, le Pape aurait tenté de réguler les flux anarchiques de pèlerins dans les rues de Rome en leur demandant de se tenir du côté gauche de la chaussée. Les chevaliers et les soldats, qui portaient leur épée de ce côté-là, adoptèrent cette règle qui leur permettait de se croiser sans entrechoquer leurs armes, mais c’était une loi non écrite, diversement appliquée suivant les pays. En France, la Révolution mit fin à cette préconisation papale en décidant que tout le monde tiendrait sa droite. Les Anglais et leurs alliés n’en tinrent pas compte.

A la fin du XIXe siècle avec l’augmentation du trafic due à la révolution industrielle, il fallut légiférer et mettre en place des règles de conduite. La circulation à droite fut un des prémices de notre Code la route. Peu à peu la plupart des pays européens qui ne l’avaient pas encore adoptée s’y conformèrent. Si les états issus de l’ancien empire austro-hongrois y vinrent sous la contrainte de l’Allemagne hitlérienne dans les années 1930, il fallut attendre les années 1960 pour voir certains pays comme la Suède ou l’Islande se décider à changer de côté. Pour l’Islande, qui n’a pas de frontière terrestre, le changement (qui ne s’imposait pas) fut adopté sans difficulté. Par contre, la décision suédoise de passer de gauche à droite mit plus de dix ans à être adoptée. En 1955 un référendum populaire aboutit à un refus de changer de côté avec 82% de non, mais en 1963 devant les problèmes rencontrés avec les voisins norvégiens et finlandais, qui ne roulaient pas dans le même sens, une loi fut adoptée par le parlement. Quatre ans plus tard, le 3 septembre 1967 à 5 heures du matin, la Suède changea de bord. Pendant cinq heures, la circulation routière fut suspendue dans tout le pays, le temps de changer le sens des panneaux, puis le trafic reprit à vitesse réduite le temps que les conducteurs s’y habituent. Il fallut 48 heures pour que le pays retrouve une vie normale. Les Suédois avaient anticipé ce changement à l’avance, en achetant des véhicules équipés d’un volant à gauche.

Aujourd’hui, seuls les pays du Commonwealth et le Japon continuent de rouler à gauche et n’ont pas l’intention de changer. En Europe, les iles britanniques (Grande-Bretagne, Irlande, îles anglo-normandes) et certains pays méditerranéens (Chypre, Malte) gardent ce particularisme. En Afrique, c’est le cas des anciennes possessions britanniques du sud du continent, de l’Afrique du Sud au Kenya. Idem en Asie, où l’Inde et ses voisins ont conservé cet héritage colonial, ce qui n’est pas sans poser des problèmes au passage de la frontière entre la Chine (passée à droite en 1946) et le Pakistan (toujours à gauche).

Influence britannique oblige, l’Océanie est le continent où la conduite à gauche est de loin la plus répandue. Australie, Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Guinée et la grande majorité des îles australes continuent de circuler comme en Grande-Bretagne. Par opposition, le continent américain est celui où la conduite à gauche a le moins d’adeptes. Hormis une série d’iles des Caraïbes (Bahamas, Iles Vierges, Barbade, Bermudes…), seuls le Surinam et le Guyana sont concernés. Tous les autres pays roulent à droite. Les Etats-Unis, suivis par les provinces canadiennes, commencèrent à adopter la conduite à droite à partir de la fin du XVIIIe siècle pour une raison pratique. Les chariots des émigrants se conduisaient avec un cocher juché sur la gauche de l’attelage et maniant le fouet vers la droite. Il valait mieux éviter de les croiser du mauvais côté.

 

Terminons ce panorama par quelques particularismes :

  • Les automobilistes chinois sont censés rouler à droite, mais pas ceux de Macao et Hong-Kong qui continuent de circuler à gauche.
  • La Namibie est des rares pays à être passé de la droite (avant 1918, période coloniale allemande) à la gauche (après 1918, sous contrôle britannique).
  • Les anciennes colonies britanniques d’Afrique de l’Ouest comme le Ghana ou le Liberia ont abandonné la conduite à gauche dans les années 1970, car leurs voisins sous influence française roulaient tous à droite.
  • Dans l’Est de la Russie (où l’on roule sur la file de droite), circulent plus de 3 millions d’automobiles équipées à l’anglaise (volant à droite), généralement des voitures d’occasion en provenance du Japon, d’Indonésie ou de Thaïlande.

 

Sources : http://brianlucas.ca/roadside et Wikipedia