Opel

La première Opel est apparue en 1899. Pionnier de l’automobile, le constructeur allemand fête ses 120 ans en 2019. Partie prenante de General Motors pendant 90 ans, Opel a été repris par PSA et amorce un retour au premier plan.

 

  • Adam Opel le visionnaire. En 1862, dans une grange de Rüsselsheim, près de Francfort, le jeune Adam Opel crée une fabrique de machines à coudre. C’est le début d’une success story tous azimuts. Opel produit un million de machines à coudre en un demi-siècle, mais il n’en reste pas là. Il s’intéresse au vélo dont la pratique se répand dans toute l’Europe. A la fin du XIXe siècle, son entreprise est devenue le premier fabricant de cycles au monde. Le créateur n’est plus là. Adam Opel est mort en 1895 et a passé le relais à sa famille.
  • Une dynastie. Adam Opel a donné naissance à une dynastie qui sera anoblie en 1917. Depuis un siècle, les descendants du fondateur portent le nom von Opel. Adam Opel est l’arrière-grand-père du playboy Gunther Sachs, célèbre pour avoir été marié à Brigitte Bardot, et de l’ancien pilote de Formule 1 Rikki von Opel. L’Opel Adam, petite citadine lancée en 2012, porte son nom.
  • Les rois de l’auto. Après le vélo, la famille Opel s’intéresse à la moto et à l’auto. Leur première voiture sort en 1899, la millième en 1906. En 1914, Opel est devenu le premier constructeur automobile allemand avec une gamme de 23 modèles. Il produit 3500 véhicules/an et se lance dans les camions.
  • L’homme-fusée. En mai 1928, Fritz von Opel, petit-fils du fondateur, bat un record de vitesse devant 3000 spectateurs sur le circuit de l’Avus près de Berlin. Au volant d’un prototype propulsé par 24 fusées à poudre, il atteint 238 km/h et inaugure l’ère de la propulsion à réaction. Opel tentera dans la foulée d’adapter ce type d’installation sur un avion, mais la crise de 1929 interrompt ces recherches.
  • General Motors. Face à la crise économique de 1929, la famille von Opel prend une décision radicale. Pour assurer le développement de l’entreprise, elle la cède à General Motors. Avec le soutien du constructeur américain, Opel continue sa croissance et devient en 1935 la première marque allemande à produire plus de 100 000 véhicules/an. En 1939, c’est le 1er constructeur européen devant Citroën et Peugeot.
  • Frigidaire. L’usine de Rüsselsheim est détruite par les bombardements alliés pendant la guerre. Elle sera reconstruite entre 1946 et 1950. En attendant de pouvoir se consacrer à nouveau à l’automobile, Opel fabrique des camions ainsi que des frigos sous la marque Frigidaire.
  • Opel Kadett. Apparu en 1937, le modèle le plus populaire de la marque inspira à l’époque Renault pour sa Juvaquatre. La production de la Kadett fut interrompue par la guerre et ne reprit qu’en 1962. Elle connut cinq générations successives. Produite à plus de dix millions d’exemplaires (presqu’autant que la Corsa) en trois décennies, elle fut remplacée par l’Opel Astra en 1991.
  • Rapide comme l’éclair. Depuis 1961, le logo Opel représente un éclair au milieu d’un cercle. Le blitz (éclair en allemand) était le nom des camions fabriqués par la marque dans les années 1930. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Wehrmacht était équipée de camions Opel Blitz. Avant l’éclair, un dirigeable Zeppelin figurait sur le logo.
  • PSA. En 2009, GM en difficulté annonce qu’il met Opel en vente, puis change d’avis et décide de relancer la marque. Opel et sa jumelle Vauxhall emploient alors 35 000 employés en Europe, dont 18 000 en Allemagne, et possèdent dix usines dans sept pays européens. Opel et Vauxhall produisent un million de véhicules par an. Le plan de relance de GM n’est pas suffisant. La marque est finalement cédée à PSA. Depuis 2018, le SUV Grandland X est produit à Sochaux sur les chaines du Peugeot 3008.