Peugeot

Fer de lance du groupe PSA, Peugeot est le constructeur français en vogue. Après une période difficile au cours de laquelle la famille Peugeot a dû appeler l’Etat à la rescousse, la marque au Lion a trouvé une seconde jeunesse et a décidé de s’attaquer au marché nord-américain.

  • Meuniers sidérurgistes. L’aventure Peugeot débute en 1810 au moulin d’Hérimoncourt dans le Doubs, quand le moulin familial est transformé en aciérie. La famille Peugeot se met à produire des lames de scies et des ressorts. A la fin du XIXe siècle, alors que les autres branches de la famille fabriquent des moulins à café et des vélos, Armand Peugeot se lance dans l’automobile en créant à Lille-Fives la Société des Automobiles Peugeot. Le premier modèle de la marque, équipé d’un moteur Daimler, sort en 1896.
  • Sur le podium. A l’aube de la Première Guerre mondiale, avec 10 000 véhicules produits par an, Peugeot était de loin le premier constructeur français. Une place que Citroën lui ravira dans les années 1920. En 1939, la firme sochalienne était toujours 2e et devançait Renault.
  • Le lion. Symbole de la Franche-Comté, le lion est aussi celui des Peugeot depuis 1858. Au départ, l’animal avait à ses pieds des flèches représentant la sidérurgie. Depuis 1948, et le lancement de la 203, c’est un lion héraldique debout sur ses pattes arrière qui figure sur la carrosserie de l’ensemble des modèles.
  • Sochaux, ville Peugeot. Petit village de la banlieue de Montbéliard, Sochaux a vu sa physionomie transformée à partir de 1912, quand Peugeot y a édifié une usine gigantesque, qui fut longtemps le plus grand site industriel de France. En 1979, 40 000 personnes travaillaient à Sochaux, ville de 4000 habitants ; aujourd’hui l’usine compte environ 7000 employés. 500 000 véhicules y sont produits annuellement, essentiellement des 308 et 3008. Depuis trente ans, ce site historique accueille le Musée de l’Aventure Peugeot.
  • Trois chiffres avec un 0 au milieu. Si la Porsche 911 porte ce numéro, c’est à cause de Peugeot. Dans les années 1920, la marque a déposé tous les numéros à trois chiffres avec un zéro central, obligeant Porsche à rebaptiser sa 901 en 911. Une fois l’ensemble de la série attribué, les Peugeot sont passées à quatre chiffres, en conservant le principe des zéros centraux (2008, 3008).
  • Champion du monde des rallyes. Après avoir brillé dans les rallyes africains dans les années 1960 avec les 404 et 504, Peugeot s’est illustré avec la redoutable 205 Turbo 16 à la grande époque des Groupe B, en remportant les championnats du monde 1985 et 1986. L’interdiction de ces protos ultra-puissants a poussé la firme à se tourner vers les rallyes-raids. Les Peugeot ont dominé le Paris-Dakar à la fin des années 1980 avec quatre victoires consécutives entre 1987 et 1990.
  • Et Peugeot devint PSA. En 1976, par le biais de la holding PSA (Peugeot Société Anonyme) la famille Peugeot rachète Citroën à Michelin. Puis elle reprend Talbot-Simca à Chrysler. Ces rachats successifs donnent naissance au groupe PSA Peugeot Citroën qui traverse une période difficile avec la crise économique de 2008. Aujourd’hui, PSA qui a absorbé Opel, va beaucoup mieux. Présent dans le monde entier, avec des usines en Espagne, en Iran, en Chine, en Argentine et en Afrique, Peugeot repart à l’assaut des USA.