Vinfast, Vietnam et F1

Inexistant jusqu’à présent dans le monde de l’automobile, le Vietnam veut rattraper son retard à toute allure. En 2020, il aurait dû y avoir un Grand Prix de Formule 1 à Hanoï et le premier constructeur du pays a fait des débuts remarqués au Mondial de l’Auto 2018.

Hanoï Circuit F1

Le nom Vinfast ne vous dit rien, c’est normal. Présent pour la première fois au Salon de l’Auto Paris Motor Show en 2018, ce constructeur vietnamien n’avait pas encore produit un seul véhicule. Vinfast est une branche du groupe Vin, propriété de Pham Nat Vuong, l’homme le plus riche du pays. En 2017, ce milliardaire a décidé d’étendre ses activités à l’automobile, il a repris le réseau local de General Motors et a fait construire une usine d’assemblage près d’Hanoï. Sa participation au Salon de Paris 2018 annonçait le démarrage de la production de ses deux premiers modèles, une berline et un SUV à la calandre ornée d’un V central. Les Vinfast ont été conçues grâce à l’aide de GM, Pininfarina, Zagato et autres spécialistes européens, et équipés de moteurs BMW. Destinés au marché local puis au continent asiatique, la production de ces modèles haut de gamme a débuté en 2019. On ne devrait pas les retrouver tout de suite en Europe, car si Vinfast était présent à Paris en 2018, ce n’était pas pour convaincre de potentiels acheteurs français, mais pour se faire remarquer au Vietnam, où huit millions de personnes ont suivi en direct son show de présentation. Pour ce coup médiatique, Vingroup n’avait pas lésiné sur les moyens. Le jeune constructeur avait fait appel à un parrain de choix, le footballeur David Beckham, nommé ambassadeur de la marque.

L’arrivée de Vinfast coïncidait avec l’annonce d’un événement qui démontre qu’il faudra désormais laisser un peu de place aux Vietnamiens dans le monde de l’automobile. La FIA l’avait annoncé : il y aurait un Grand Prix de F1 à Hanoï en 2020. Même la pandémie de Covid-19 et la crise sanitaire mondiale qui s’en est suivie sont venus perturber les projets, un circuit urbain de 5,5 km a vu le jour dans la banlieue de la capitale. Il emprunte en partie des avenues existantes, dont une ligne droite de 1,5 km. C’est le troisième circuit de F1 d’Asie du Sud-Est avec Singapour et la Malaisie. Il faudra attendre encore un peu avant de voir les Formule 1 s’y affronter. L’édition 2020 a été annulée à cause du Covid, mais pas uniquement : un des piliers du projet a été arrêté dans le cadre d’une affaire de corruption compromettant l’avenir de ce Grand Prix inédit qui n’a pas été retenu au calendrier FIA 2021.

Aura-t-il lieu un jour ? ou deviendra-t-il un Grand Prix fantôme ? Quant aux berlines de Vinfast, rassurez-vous elles existent déjà !