Bosch nettoie le diesel

Fin avril, Bosch a semé le trouble dans le monde de l’automobile en annonçant avoir trouvé une solution pour rendre le diesel moins polluant que l’essence.

Selon la communication de l’équipementier allemand, la solution proposée n’a rien de révolutionnaire. Il s’agit simplement d’optimiser des pièces existantes et d’améliorer l’utilisation du moteur. Depuis cinq ans, une centaine d’ingénieurs Bosch travaillent sur le problème des émissions de particules fines pour lesquelles les filtres à particules des véhicules diesel ont atteint leurs limites. Le catalyseur qu’ils ont mis au point permettrait de diviser les émissions d’oxyde d’azote (NOx) par dix, voire par treize. Le taux actuel de NOx est de 168 mg/km. Les nouvelles normes anti-pollution prévoient de le ramener à 120 mg/km en 2020. Grâce au système mis au point par Bosch, ce taux chuterait à 40 mg/km. Ces résultats miraculeux n’ont pas été obtenus en laboratoire, mais sur route dans les conditions de circulation réputées les plus polluantes (embouteillages, zones urbaines). Ce système ferait également baisser les émissions de dioxyde de carbone. Etant donné qu’il utilise des pièces existantes et qu’il est compatible avec les véhicules actuels, sa mise en place n’occasionnerait pas de véritable surcoût pour les constructeurs.

L’annonce de Bosch a de quoi changer la perception du diesel au moment où sa cote est au plus bas et où les ventes diminuent fortement. Sera-ce suffisant pour inverser la tendance ? Pour redorer le blason du diesel, Bosch un des protagonistes du Dieselgate n’est sans doute pas le mieux placé.